Notre histoire

Ferme Marineau. 100 ans d’agriculture familiale.

Ferme Marineau célébrait, en 2021, un savoir-faire agricole centenaire. Depuis le début des années 20, ce sont 5 générations qui se sont succédé sur le territoire lavallois. Aujourd’hui, les 3e (Roger Marineau), 4e (Louis et Martin Marineau) et 5e (Matis, Roxanne, Alexis, Justin et Audrey) générations de l’entreprise sont toujours à pied d’œuvre pour poursuivre l’aventure. Nous cultivons, dans nos champs, 175 arpents, soit l’équivalent de 100 terrains de football, en plus d’exploiter 18 000 pieds carrés de serres et d’être un rendez-vous agrotouristique privilégié pour des milliers de visiteurs. C’est avec beaucoup de fierté et de respect que nous nous inspirons de notre passé pour façonner notre avenir et innover.

100e anniversaire de Ferme Marineau

L’héritage d’Odile Jolicoeur – 1ère génération

La grande histoire de Ferme Marineau débute dans les années 20. Joseph Marineau se marie à Odile Jolicoeur une femme au sens des affaires aiguisé. Elle fait la culture de tabac et de marguerites sur des terres louées. Les profits de ses ventes au marché Saint-Jean-Baptiste de Montréal permettent à la famille d’acquérir les terres pour les futures générations.

Odile Marineau
Odile Marineau

Les primeurs de Josephat Marineau et sa grande famille – 2e génération

Josephat Marineau et Irène Jolicoeur ont 14 enfants. Ambitieux et compétitif, Josephat Marineau mise rapidement sur la culture en couches chaudes afin de se démarquer. Cette technique novatrice lui permet de récolter des laitues primeurs juste à temps pour Pâques et de planter les autres légumes bien avant l’arrivée de la saison chaude. La production de primeurs devient si prestigieuse que même Radio-Canada annonce annuellement, sur ses ondes, le nom du producteur responsable de la première récolte de laitues; Josephat remporte souvent la mise.

La culture en couches chaudes
La culture en couches chaudes consiste à fabriquer un cadrage de bois au fond duquel on étend un mélange de terre et de fumier de cheval qui accueillera les plants. Ce cadrage est, par la suite, surmonté de châssis de verre amovibles qui laissent passer la lumière et créent un effet de serre pour réchauffer la terre. Au besoin, les châssis sont ouverts ou fermés afin de contrôler la température et l’humidité.

En plus de la culture en champ, 1500 couches chaudes sont utilisées par la famille Marineau jusqu’en 1990. Il est intéressant de noter qu’au tournant des années 40, l’île Jésus (Laval) comptait 20 000 couches sur l’ensemble de son territoire. Une couche chaude est installée dans notre parc aménagé pour permettre aux visiteurs de visualiser de quoi il s’agit.

La technique des couches chaudes
La technique des couches chaudes
La famille Marineau de 2e génération
La famille Marineau de 2e génération

Un premier kiosque de fruits et légumes et des fraises pour Roger Marineau – 3e génération

Au décès de leur père, Réal, Josephat fils (Bouboule) et Roger s’associent pour fonder Marineau et Frères. Le premier kiosque de fruits et légumes voit le jour. Louise Saint-Pierre, épouse de Roger, gère ce marché fermier avec passion. En 1989, Roger se dissocie de ses frères pour se lancer, avec Louise, dans l’autocueillette de fraises et la culture de fleurs annuelles en serre.

Encore aujourd’hui, Roger participe aux travaux sur la ferme, notamment lors de la plantation du maïs et Louise n’est jamais loin si un surplus d’aide est requis. Ils ont, par ailleurs, transmis leur amour de la terre à leurs fils Louis et Martin (4e génération).

Kiosque sur le rang du Bord-de-l’Eau
Kiosque sur le rang du Bord-de-l’Eau

Un retour aux sources pour Martin et Louis Marineau – 4e génération

Si au départ Louis et Martin Marineau choisissent la culture et la vente de fleurs séchées, ils effectuent rapidement un retour vers la culture maraîchère pour créer Ferme Marineau telle qu’on la connaît aujourd’hui avec ses kiosques sur Dagenais et Samson. Engagés à constamment se renouveler, ils innovent à chaque année pour le plus grand plaisir de la clientèle. Plus qu’une référence pour l’achat de fruits et légumes, de produits maison et la pratique de l’autocueillette, Ferme Marineau propose désormais une véritable expérience agrotouristique en milieu urbain.

Une relève motivée – 5e génération

Roxanne, Audrey, Matis, Justin et Alexis, les enfants de Martin et Louis Marineau sont déjà très impliqués à la ferme et leur contribution est essentielle à l’expansion de l’entreprise. En 2021, les deux aînés, Roxanne et Matis Marineau ont mis sur pied la crèmerie artisanale et l’autocueillette de citrouilles qui ont, respectivement, remporté un immense succès. Ils participent également activement au projet d’autocueillette de tournesols ainsi qu’aux autres initiatives. Les forces des plus jeunes sont aussi un atout indéniable, pendant la saison estivale, que ce soit dans les champs, en kiosque ou à l’informatique.

Martin, Louis et son fils Alexis Marineau
Louis et Martin Marineau
Louise, Roger Marineau et la 5e génération
Louise, Roger Marineau et la 5e génération